Le calame des lutins, des elfes et des fées

Le calame des lutins, des elfes et des fées

Ce soir, Albin est mort

 

Le terreau labouré n'en peut de boire le sang

une boue rouge, sang de boeuf,

un corps déchiré parmi d'autres corps déchirés

sous un ciel bas et lourd, noir et rouge.



Le vacarme,

hurlement, claquement,

crépitement, grondement.

Le vacarme étouffé par le silence définitif d'une voix.



Le soleil sur un champ de cadavres,

lumière rouge et implacable,

lumière crue et violente.

Le soleil aveuglé par la nuit sans fin d'un regard.



Un cadavre à moitié enseveli,

déjà dans la terre mais non enterré,

là-bas abandonné … pour survivre.

Le cadavre d'un ami, le cadavre de mon Ami.

 

 

Michel de la Tharonne

le 8 juin 2018



07/01/2020
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres