Le calame des lutins, des elfes et des fées

Le calame des lutins, des elfes et des fées

Un texte magnifique de Marguerite Yourcenar écrit en 1981, il y a bientôt 40 ans !

 

Les bons côtés d'une sérendipité (légèrement contrôlée ) : ce magnifique texte de Marguerite Yourcenar... écrit en 1981 ! Et, malgré cela, la mauvaise machine humaine s'est emballée et promet de reprendre les mêmes rails au sortir de ce confinement ! A lire de toute urgence !

 

Puis regarder la rediffusion de "La Grande Librairie" du 20 mai 2020 : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1503121-et-apres.html

 

Et apprendre à en tirer les leçons individuelles et collectives


21/05/2020
1 Poster un commentaire

Éternel retour ?

Un croissant de lune

 

 

 

Un croissant de lune

découpé sur un ciel

tout noir

c’est une virgule



 

Le néant virgule la vie virgule la mort virgule

et après

plus de virgule mais des petits points



 

La virgule c’est entre

avant       et       après

 

une cascade

l’eau qui s’écoule

la vie qui roule

un homme dans la foule

le temps virgule

la virgule-temps



 

Les populations du Cambodge virgule

le réveil de l’Islam virgule

la météo ne sera pas favorable virgule

le chômage stagne virgule

la grève des contrôleurs aériens virgule

la crise du pétrole virgule

la faim dans le monde virgule



 

Et on oublie la lune

sauf la lune

que promettent tous les politiciens



 

Le chaos avant-pendant-après

le chaos point de virgule



 

Toi virgule moi

cela fait toi et moi et virgule

trois petits points virgule



 

Un amour de virgule

sous un croissant de lune





 


Michel de la Tharonne

23 novembre 1979


11/05/2020
4 Poster un commentaire

L'exaltant murmure de la tendresse

 

 

Je veux te le dire ...

 

 

 

 

Je veux te le dire

je veux te le murmurer

je veux te le crier



Je te chanterai

je chanterai toi et moi

je chanterai nous deux



Je te le caresserai

tout doucement

avec un infini de tendresse



Je te le grifferai

rageusement

avec un infini de passion



Je célèbrerai

tes yeux

et ton regard

ton visage

et ton corps

 

 

Je crierai au monde entier

que tu es Femme

que tu es la Femme

que je te fais Femme

et

que tu me fais homme



J’inonderai ton corps

de toute ma musique

pure et douce

 

une harpe qui ruisselle ses milliers de gouttes d’or

 

ton corps de fleurs pourpres

ton corps de passion

ton corps beau et clair

ton corps sur lequel mes doigts

balbutient des myriades de tendresses

ton corps qui s’offre

et qui se tord

ton corps qui crie

et qui chante



ton corps qui s’épanouit

et qui découvre

avec un tout de timidité

avec un tout de joie douce et profonde

avec un tout de certitude



ton corps qui s’épanouit

et qui découvre

la Femme





La Femme

transfigurée

La Femme

qui rayonne dans son corps d’Enfant

dans son corps d’Epouse

dans son corps de Mère

La Femme

qui fait d’un homme

un Homme





Je veux te le dire

je veux te le murmurer

je veux te le crier

 

Je trouverai les mots

pour le dire, le murmurer, le crier.



 

 




Michel de la Tharonne

Octobre 1987


03/05/2020
5 Poster un commentaire

Et le petit dernier de ce mois d'avril, le mois de mes 70 ans...

Mes mains sur ton corps ...

 

 

Mes mains sur ton corps

balbutient des mots d’amour



Mes mains sur ton corps

chassent les nuages de tous les jours



Mes mains sur ton corps

effacent les ombres de la peur



Mes mains sur ton corps

caressent les ondes de la douceur



Mes mains sur ton corps

illuminent ton regard



ton regard bleu et clair

l’horizon redécouvert au printemps

l’horizon repoussé rejeté à l’infini

l’horizon de l’hiver est mort

l’horizon blanc est mort

l’horizon de la mort

là-bas refoulé derrière l’horizon

là-bas aveuglé par ton regard



le regard

de mes mains sur ton corps

de tes mains sur mon corps



Nos regards

qui s’enlacent

qui se prennent

qui s’étreignent

dans un voluptueux

corps à corps



 

 

Michel de la Tharonne

13 novembre 1987


30/04/2020
5 Poster un commentaire

Pourquoi l'avoir confiné, ce destin ?

 

 

Le destin

 

 

 

La vie est restée longtemps, longtemps

à la porte



 

Elle a frappé doucement

si doucement

sans écho

sans réponse

vainement



 

Elle a fait chanter            délicatement

le carillon des rêves adolescents

vibrer                      sourdement

l'horizon esquissé du destin



 

sans écho

 

sans réponse

 

vainement

 

 

 

 

 

Michel de la Tharonne

02 avril 2015


30/04/2020
6 Poster un commentaire