Le calame des lutins, des elfes et des fées

Le calame des lutins, des elfes et des fées

Pourquoi "Michel de la Tharonne" ?

Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'œil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été les livres.

Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien

 

et :

 

Ce qui me fascine dans ce dernier avatar de Gary, c'est la fuite, l'échappée : se soustraire aux origines, aux préjugés, à tous les conditionnements. Etre simplement un homme et un écrivain, à nouveau, ailleurs. Notre personnalité sociale, dit Proust, est une création de la pensée des autres. Ce n'est pas toujours si facile à avaler. Ne faut-il pas, fut-ce au prix de trucages, rompre de temps en temps avec la société ? Nous retrouvons Rumeli Hisar. La vraie vie s'y est réfugiée, là-bas, très loin de la rue d'Ulm, du quai Conti, du rond-point des Champs-Elysées. Rumeli Hisar est à ma vie ce que le pseudonyme est à un écrivain.

Jean d'Ormesson - Garçon de quoi écrire, Gallimard p67

 

 

 

Michel de la Tharonne ... n'est qu'un pseudonyme, clin d'oeil à une terre d'asile que j'essaie d'habiter

 

26 novembre 2014



29/12/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres